mardi 15 mars 2016

Lettre n° 2 > Taux d’intérêt négatifs : pourquoi et quels risques pour l’économie et pour votre épargne ?

Les taux d’intérêt négatifs sont longtemps restés une hypothèse invraisemblable : comment quelqu’un qui prête son argent, non seulement ne toucherait aucun intérêt, c’est-à-dire aucune rémunération pour le service qu’il apporte, mais en plus devrait payer à celui à qui il prête ! C’est le monde à l’envers. Pourtant, depuis 2012, le phénomène se répand sur plusieurs dettes souveraines et sur des échéances de plus en plus longues. Pour quelles raisons, et quels sont les risques qui pèsent sur l’économie et sur votre épargne, voici ce qu’il faut expliquer. Nous citons plusieurs textes et analyses, et notamment une étude récente de plus de 100 pages d’un think thank français qui a été fort peu médiatisée, avec à chaque fois des liens permettant d’y accéder vous permettant de prolonger votre réflexion.

Cette analyse de 17 pages, accessible à tous, fait le tour de la question et vous permet de vous positionner par rapport à un phénomène qui va changer en profondeur l’économie, le système financier et votre épargne.

Je le rappelle, il n’y a pas d’abonnement, je refuse de contraindre les gens, chacun achètera ma Lettre en fonction de ses intérêts. Abonnez-vous à la newsletter pour être prévenu des prochaines parutions (votre mail ne sera ni partagé ni vendu, un message par mois, désabonnement facile).

Le paiement se fait via Paypal, le système le plus sécurisé sur Internet. Si vous n’avez pas de compte Paypal, vous pourrez sans problème payer avec votre carte bancaire. Une fois le paiement effectué, cliquez sur l’email lalettredephilippeherlin@yahoo.fr qui s’affiche sur la page et vous pourrez télécharger la Lettre. En cas de problème, écrivez-moi à cette adresse.

> Pour télécharger la Lettre n° 2 (10 €), cliquez ici

Sommaire (17 pages) :
La généralisation des taux négatifs
Pourquoi des taux négatifs ?
La nature du taux d’intérêt
Une vraie bizarrerie conceptuelle
Un échec économique
La cause de la prochaine crise ?
Les Etats, les grands gagnants
Les banques centrales, en plein aveuglement
Les banques, coincées par les taux faibles
L’épargnant, le grand perdant


(Ma Lettre n° 1 sur la ponction des comptes bancaires est bien sûr toujours disponible à la vente)